Les Bonnes Gens / Laird Hunt

Image titre

« Après m’être installée et avoir commencé à récurer les parquets, c’est sur cette étagère que je cherchais jour après jour le mot capable de définir notre sort dans cette maison du Kentucky. J’ai fouillé dans tous les livres en quête de ce mot, mais je ne l’y ai pas vu. ».

Existe-t-il un mot pour décrire la violence ordinaire ou la barbarie domestique ? Un mot assez puissant pour englober la tristesse, les blessures, la folie et la haine ? Ginny Lancaster, au soir de sa vie, livre le récit des abominations vécues aux côtés de son mari lors de son séjour au Kentucky, dans une maison isolée et entourée de verdure qu’ils appellent le Paradis. Jeune fille âgée de seulement 14 ans, Ginny séduit le cousin de sa mère, Linus Lancaster,  qui la prend pour femme et l’emmène dans son palais. En guise de palais, elle découvrira une vieille ferme déglinguée, occupée en partie par « les gens » de son mari. Deux fillettes qui ont presque le même âge qu’elle, Cleome et Zinnia vivent déjà sur les terres de Linus. Si les premiers temps de la cohabitation se déroulent sans trop de problème, Linus Lancaster est vite rattrapé par ses démons éthyliques et son comportement de tyran. Il commence alors à délaisser sa femme pour ses deux jeunes compagnes sous prétexte que celle-ci ne peut avoir d’enfants.

« D’autres fois, je pensais aux premiers mois passés dans le Kentucky, avec ses brises, les champs dans lesquels je m’asseyais avec Cleome et Zinnia, et ce fut exactement le lieu où s’en furent mes pensées cette nuit, allongées seule dans ma chambre après que Linus Lancaster m’eut expulsée, moi son épouse légitime, de ses préoccupations noctures, et eut descendu le couloir jusqu’à leur chambre cette première fois pour leur rendre visite. ».

Ginny, blessée dans son orgueil et rabaissée par les agissements de son mari va dès lors adopter un comportement proche de celui du maitre avec Cleome et Zinnia jusqu’au jour où Linus Lancaster est assassiné par l’un des résidants de la propriété. Les deux sœurs vont alors reprendre le pouvoir et torturer Ginny jusqu’à la pousser au bord de la folie.

Enchevêtrements de haines et de vengeances sourdes, Les Bonnes est un roman sombre qui dégage une atmosphère ahurissante où la rédemption n’est qu’un mirage et le salut se trouve dans la fuite et le souvenir d’une période de la vie des protagonistes qui n’a épargné personne. Une claque, une vraie.

couvLaird Hunt
Les Bonnes Gens
Actes Sud, 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *