Cataract City / Craig Davidson

Image titre

« Vous voulez savoir comment Niagara City a vu le jour? Je vais vous le dire, moi. L’Amérique a rejeté toute sa merde au nord, et le Canada au sud. La lie de la lie, et tout ça s’est retrouvé dans un chapelet de villes-frontières plus minables les unes que les autres. Le pompon revenant à Cataract City. Qui aurait le culot de transformer une des sept merveilles du monde en réservoir de boutiques à T-shirt, avec un musée de cire par dessus le marché. ».

Niagara Falls, appelée aussi Cataract City, n’est pas l’endroit le plus agréable pour grandir. La principale perspective d’emploi, c’est l’usine à biscuit qui vous recouvre de farine chaque jour et la ville agit comme un aimant en rappelant à elle chaque personne qui essaye de la quitter. C’est aux bords des célèbres chutes d’eau que Duncan et Owen vivent et se rencontre. Entre les deux jeunes hommes, nait une grande amitié suite à une bagarre à l’école. S’en suivent les passions d’enfances, la complicité qui grandit et surtout une fascination pour le catch qui les conduit régulièrement à la salle pour admirer les lutteurs en découdre. Un soir, à la sortie d’un combat, leurs pères se retrouvent mêler à une rixe et tandis qu’ils sont emmenés au poste de police, les deux enfants sont pris en charge par l’un des catcheur qui les emmène camper dans la forêt sans l’accord des parents. Malheureusement la star du ring se défonce la tête à grand coup de médicaments et d’alcool et à leur réveil, les deux jeunes gens le retrouvent mort d’une overdose. S’en suit trois jours d’errances et de survie dans les bois pour deux enfants qui n’avaient pas à vivre ça.

« J’ai fermé les yeux. Les flammes dansaient sur mes paupières. J’ai pensé que si, je m’endormais là sur la roche, que tout restait bien calme, que le feu s’éteignait sans que je m’en aperçoive, peut-être que je ne me réveillerais jamais. Ce qui, chaque matin, me poussait dans les bras du monde réel ne serait peut-être plus là. Je rêverais trop profondément. Et ça ne passerait pas si mal, vraiment. ».

Suite à cette expérience traumatisante, les deux jeunes hommes continueront leurs vies respectives mais ils resteront liés par un passé commun unique. Owen voit s’ouvrir à lui une carrière de basketteur professionnel tandis que Duncan se retrouve à travailler à l’usine de biscuits. Mais la grande carrière d’Owen est trop rapidement fracassée par un accident tandis que Duncan lutte de toutes ses forces pour quitter la ville sans y parvenir. Attachés à cette terre de manière irrémédiable, Duncan et Owen y connaitrons les joies des courses de lévriers, un étrange triangle amoureux et le début de l’âge adulte qui les poussera dans des directions diamétralement opposées. Owen embrasse une carrière de policier tandis que Duncan se retrouve en prison pour huit ans suite à un meurtre qui demande à être vengé. Cataract City n’est pas tendre avec ses enfants.

« C’était un pari stupide. Mais j’avais cette espèce de manque, tout au fond. Je n’aurais pas su mettre le doigt dessus, pourtant c’était toujours là à lacérer ce que j’ai de plus cher en moi, comme une douleur fantôme. Ce n’était pas étranger aux chutes d’eau qui grondaient dans la moelle de mes os; au doigt de rouille sur la carrosserie de mon pick-up, au dessus de la roue. A chaque fois que je voyais la peinture s’écailler sur la tôle, un poids invisible s’abattait sur moi. ».

Cataract City est le récit d’une amitié unique, façonnée par une ville qui n’épargne pas grand chose à ses habitants. Autopsie hypnotique d’une communauté, le roman de Craig Davidson est un témoignage fort du pouvoir d’un environnement sur les destinées des gens qui la composent. Mais aussi terne et dévastateur qu’il soit, cet environnement est aussi un terreau fertile à des valeurs plus réjouissantes comme l’entraide, la loyauté, l’amour ou le rêve. Et Duncan et Owen, aussi cabossés soient-ils par leurs vies au sud du Canada, ne manquent pas de ressources.

CATARACT_CITY_RL_140x205Cataract City
Craig Davidson
Albin Michel, 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *