Les miettes / Ibn Al Rabin & Frederik Peeters

Image titre

« La principale différence entre le train et les autres moyens de transport est l’absence de décision du conducteur quand au parcours de son engin qui est déterminé à l’avance par la pose de voies sur lesquelles circule le dit train selon un plan précis élaborer par les ingénieurs du chemin de fer. Détourner un train, c’est comme détourner un téléphérique, vous comprenez? ».

Une escouade de la haute société du Liechtenstein a des plans bien précis en tête. Annexé le lac de Constance, prendre le contrôle du Südtyrol, obtenir une place permanente au G7 et faire de leur « miette d’état » un pays qui compte dans la géopolitique et l’histoire. Pour ce faire, leur plan consiste à détourner un train de son tracé initial. Malheureusement, tout ne se passe pas comme prévu. Entre une attaque à cheval des rivaux de St-Marin, un alchimiste censé transformer le plomb en or mais qui ne parvient qu’à en faire du pastis et un charmeur de voie ivre mort qui les aiguille sur le pacifique sud au lieu du brillant duché du Liechtenstein, cette mission est un désastre.

« Alors que là, on navigue au jugé vers une destination inconnue dans un train volant rempli de cadavres censés biner la terre du Liechtenstein pour nourrir la horde de mercenaires que nous eussions payés avec l’or ci-devenu pastis… Parler de fiasco me parait pertinent. ».

Derrière les ambitions démesurées du Comte et du Baron de Vaduz qui sont à l’origine de ce plan ingénieux, se cache une féroce maitrise de l’humour absurde d’Ibn Al Rabin. Que se soit de part les situations rocambolesques qu’il crée ou de son sens des dialogues mâtinés d’expressions typiquement de chez lui, Les miettes ont imposé Ibn Al Rabin comme l’un bâtisseur d’univers uniques. Son histoire magnifiquement portée par le dessin subtil, envoutant et féérique de Frederik Peeters offre une épopée digne des meilleures bandes dessinées oniriques des années 70’s.

« Mesdames et messieurs! Ne vous inquiétez pas pour le boucan! C’est .. hum … c’est un ami pyrotechnicien qui … hem … teste des nouveaux feux de bengale nucléaires! Voilà … Alors évitez à tout prix la plateforme arrière si vous ne portez pas de combinaison en tungstène sinon … ee … vous vous transformerez en tricératops! et … ee … vous finirez le voyage dans le wagon à bestiaux. C’est très inconfortable! ».

Mais Les miettes sont aussi une parfaite illustration d’épopée éditoriale propre à l’édition indépendante. Dans sa préface à cette nouvelle édition Ibn Al Rabin explique le parcours de ce livre. D’abord fomentée par Atrabile, la collaboration de Peeters et Al Rabin devait initialement être publiée à l’Association. Finalement le livre ne s’est pas fait et se retrouve magnifiquement publié en sérigraphie chez Drozophile au début des années 2000. Rapidement épuisé, cette première version s’échange désormais à pris d’or chez les collectionneurs (chose qui déplait fortement au sieur Al Rabin) et se retrouve désormais rééditée par Atrabile (la boucle est bouclée) après un important travail de restauration de la bichromie et un non moins important travail de réunification des planches originales. Le résultat, s’il ne comporte pas le charme et l’aspect luxueux de la sérigraphie, n’en demeure pas moins extrêmement réussi et remet sous les projecteurs ce bijou du neuvième art.

9782889230181,0-2118711Ibn Al Rabin & Frederik Peeters
Les miettes
Atrabile, 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *