Mauvaise vie / Helen Walsh

Image titre

«J’adore celle que je deviens après quelques verres de whisky, effrontée, heureuse et dépravée, La version sobre est une imposture.».

Millie, vingt et un  ans, brule la vie avant qu’elle ne se consume. Dans les rues de Liverpool, dans tous les pubs qui n’ont pas trop changés depuis des années, elle tente de retrouver celle qu’elle devient après quelques vers de whisky. Entre les promesses trahies à son père, les folles soirées avec son âme sœur, Jamie, et les tentatives d’assouvir ses pulsions sexuelles, elle explore toutes les possibilités de devenir cette jeune fille effrontée, heureuse et dépravée. Mais le réveil n’est jamais simple et lorsque les effets des psychotropes s’estompent, il ne reste qu’une ville qui change trop vite, une mère que l’on devine en filigrane et une sale gueule de bois qui ne demande qu’à être soignée par le mal

«Toutes les putes vont enlever leur masque à présent, ôter leurs couches de maquillage, prendre un bain, se nettoyer de toutes les impuretés des rues et se réinventer elles-mêmes comme mères, comme femmes, comme petites amies, filles ou voisines de quelqu’un.».

Mauvaise vie relate l’errance d’une jeune fille moderne, forte, intelligente et perdue dans un monde cruel de vérité et dans lequel tout le monde ne trouve pas sa place. Le récit est partagé entre Millie qui raconte ses doutes et ses peurs, et Jamie, son meilleur ami qui est sur le point de se marier et qui lui doit murir. Pour se faire il tente de mettre de la distance entre eux mais est bien vite rattrapé par la fascination que la jeune fille exerce sur lui, son indépendance d’esprit et sa vitalité

De déambulations nocturnes à la recherche d’une pute en défonces mémorables, Helen Walsh nous relate une histoire d’amitié jamais simple, de filiation peu assumée et de passage à l’âge adulte non désiré et au final dresse un portrait sombre et touchant d’une jeunesse paumée qui se cherche dans un monde mis à mal par les ceux qui étaient là avant elle.

CouvHelen Walsh
Mauvaise vie
Flammarion, 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

Si vous avez aimé ce livre, vous pourriez aimer:

Vilaines filles de Megan Abbott
couv

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *