Autoportrait / Alex Baladi

Image titre

« D’ordinaire, une enquête policière cherche à déterminer qui a commis le meurtre (ou autre crime). Ici, pas de cadavre, mais quelque chose est bien mort. On essaie de trouver ce qui va permettre la résurrection… Les enquêtes servent généralement à comprendre ce qui s’est passé. Ici c’est l’avenir qui nous intéresse. ».

Une enquête policière? C’est ce que veut nous faire croire Baladi dans cet autoportrait. Mais si les codes de l’enquête sont bien présent, cet ouvrage retrace d’avantage une errance dans les affres de la souffrance amoureuse qu’une investigation. Baladi entame cette série de carte postale adressée à son éditeur Atrabile à la suite d’un atelier auquel il à participer. Durant une année, il expédie donc une carte postale recto-verso par semaine à Genève et se livre par fragments à ce compagnon de toujours.

« Le recto et le verso de chaque carte forment une case, qui est parfois divisée en d’autres cases. En mettant tout cela bout à bout on obtient une bande dessinée… Une enquête policière… Une enquête policière qui a pris un drôle de tour… dû à la situation dans laquelle je me trouvais… Une drôle de tournure où des détails insignifiants devient… des indices très utiles pour comprendre qui on est, au moment où on ne sait plus très bien. ».

Cette expérimentation va déboucher sur un livre tendre et fragile saisit sur le vif d’une idée ou d’un sentiment capté et qui d’une semaine à l’autre évolue ou répond à la précédente. Il est difficile d’imaginer Baladi créant consciemment ses cartes dans l’idée d’en publier un livre mais la belle cohérence du tout se retrouve magnifiquement mis en valeur par cette temporalité et cette distance.

Si le trait de Baladi se reconnait sans problème, son traitement graphique est des plu surprenant et les cartes sont une livrée brut, raturée et colorée qui change radicalement des autres publications de l’auteur et dégage l’impression de vouloir aussi surprendre son monde avec un trait lus léger et moins glauque qu’à son habitude, compartiment aux thématiques abordées. Il n’en reste pas moins que cet Autoportrait dessine une année de petits indices autobiographiques sur un auteur complexe et sa relation de confiance et particulière qu’il entretient avec son éditeur. Un petit bijou.

CouvAlex Baladi
Autoportrait
Atrabile, 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *